Cette mini-série du podcast de The Funambulist — pour une fois en français — est une tentative de mise en valeur des récits de diasporas en France, ou bien de groupes sous domination coloniale française, dont les récits ne nous semblent pas assez relayés en France, y compris parfois dans le milieu militant. Notre espoir pour cette mini-série est de contribuer a notre petite échelle à l’expansion de nos imaginaires politiques, ainsi qu’au développement de solidarités entre groupes qui, d’une manière ou d’une autre, luttent contre les structures racistes et colonialistes françaises.

Episode 05 /// CHRISTOPHE YANUWANA PIERRE & CLARISSE TAULEWALI: LES PEUPLES AUTOCHTONES DE GUYANE

Christophe Yanuwana Pierre est cinéaste, Clarisse Taulewali est artiste. Tou.te.s deux sont membres de l’organisation militante Jeunesse Autochtone de Guyane (JAG). La JAG est un réseau de jeunes militants autochtones de Guyane qui, en collaboration avec de nombreux partenaires, collecte, analyse et partage des informations sur l’évolution de la situation et des conditions de vie des Peuples Autochtones.

Episode 04 /// HUGO DOS SANTOS: IMMIGRATION PORTUGAISE

Hugo Dos Santos est diplômé en Histoire contemporaine et en Cinéma. Après un parcours dans le cinéma documentaire où il travaille les archives audiovisuelles sur des films traitant de l’immigration, de l’exil, du colonialisme ou de luttes sociales, il s’oriente parallèlement vers le journalisme. Depuis 2008 il est engagé dans l’association Mémoire Vive/Memória viva et notamment à la constitution d’un fonds d’archive à La Contemporaine et à une campagne d’entretiens. En 2018, il signe dans Le Monde une tribune avec l’historien Victor Pereira qui s’oppose à l’instrumentalisation de l’histoire de l’immigration portugaise qui stigmatise les autres immigrations. En 2019 il est le commissaire de l’exposition « Refuser la guerre coloniale » qui revient sur l’exil parisien des déserteurs de la guerre coloniale portugaise (1961-1974). Il réalise en ce moment le film « 15 rue du Moulinet » qui ravive la mémoire d’un réseau informel de soutien à la désertion de la guerre coloniale.

Episode 03 /// APINAYAA U.: TAMOUL⸱E⸱S D’ÎLAM

Apinayaa U. est étudiante en relations internationales et membre de la diaspora tamoule d’Îlam en France. Conformément à son souhait et celui de sa famille à l’issue de cet entretien nous avons délibérément retiré toute référence à son nom de famille au sein de cet entretien. Cette conversation a été la première pensée et enregistrée pour cette mini-série et nous remercions Sinthujan Varatharajah et Brintha Koneshachandra pour leur aide. Les Tamoul⸱e⸱s d’Îlam (distinct.e.s des Tamoul⸱e⸱s du Tamil Nadu en Inde et en particulier de Puducherry qui pourraient eulles-aussi faire partie de cette série pour leur relation avec le colonialisme français) sont nombreux⸱ses à vivre dans les quartiers populaires sans que les raisons de leur arrivée en France ni que leur imaginaire politique (en particulier celui lié à l’organisation des Tigres de libération de l’Îlam tamoul) ne soit nécessairement connus de leurs voisin.e.s et collègues. Apinayaa U. a ainsi généreusement accepté de répondre à nos questions.

Episode 02 /// PIERRE WÉLÉPA: LE COMBAT KANAK 

Pierre Wélépa est un citoyen calédonien et un militant décolonial kanak. Il est le co-auteur du texte “Vers un dialogue décolonial au pays du non-dit” dans Rencontres radicales: Pour des dialogues féministes décoloniaux édité par Manal Altamimi, Tal Dor & Nacira Guénif-Souilamas (Cambourakis, 2018). Cette conversation avec lui s’adresse principalement à un public en France, en particulier les personnes non-Kanak détentrice de la citoyenneté française qui sont, en partie, co-responsables de la perpetuation du régime colonial en Kanaky. A travers un survol historique, une présentation des imaginaires et pratiques politiques kanak ainsi qu’une analyse du présent colonial, nous espérons que cet entretien puisse servir de base pour un engagement de solidarité effective et utile avec le combat autochtone pour Kanaky en France.

Episode 01 /// Dawud Bumaye: Les Comores 

Dawud Bumaye est une militante afroféministe. Ses travaux visent principalement à articuler les rapports de race, classe, sexe/genre et sexualités. Engagée sur les luttes noires et de la diaspora, antiracistes décoloniales, contre les violences policières et anticarcérales, anticapitalistes, matérialistes, féministes et « queers of color », Dawud Bumaye est co-fondatrice du collectif « Queer et trans révolutionnaire » et a exercé la profession d’éditrice.