Si vous connaissez quelque peu le Loiret, vous avez peut être aperçu cet ouvrage quelque peu surprenant traverser les champs en ligne droite.
Il s’agit en fait des ruines d’un projet des années 60-70 qui incarnait pourtant à l’époque le summum du futurisme de type “en l’an 2000….” Ce projet est celui de l’aérotrain. Dès 1964, soit trois ans seulement après le dépôt de brevet du coussin d’air, le projet se met en route. En 1969, est construit 18 km de voies près de Orléans et le prototype atteint la vitesse de 420 km/h (pour info bien que le tgv ait récemment atteint la vitesse record de 570km/h, la vitesse normale ne dépasse jamais 320km/h).
Ce projet aurait pu être généralisé mais il est abandonné en 1977 pour diverses raisons allant du lobbying ferroviaire en faveur de ce qui deviendra le TGV, aux conséquences du premier choc pétrolier.
Un certain nombre de linéaire de la ligne d’Orléans fut détruite à l’aide d’une pince assez impressionnante (voir photos et vidéo) mais il subsiste néanmoins plusieurs fractions.
Dernièrement Raphaël Zarca (professeur à l’ESA) et Vincent Lamouroux ont conçu le “pentacycle” qui permet un déplacement dont la lenteur relative chamboule le souvenir de la très grande vitesse du train historique.
Aujourd’hui EDF projette d’y installer des panneaux solaires.

NB: L’aérotrain qui fonctionne sur coussin d’air n’est pas à confondre avec le train à sustentation magnétique allemand, que l’on peut observer à Shanghai sur des rails quelques peu similaires. Ce dernier fonctionne en effet grâce à une répulsion continue provoquée par la même polarité des pôles train et rail