Léopold Lambert – Paris on January 17, 2019
If you enjoy articles of the blog, have a look at The Funambulist Magazine!

On December 20, 2018, we were more than 400 people to sign an open letter addressed to French architect Jean Nouvel, asking him to refuse to be complicit in the project of the so-called “revitalization” of the Algiers’ Casbah financed by the Paris (Ile-de-France) region. His response, which did not satisfy us, allows me to react again about the persisting effects of colonialism and the legitimacy of architects to intervene or not. His response is available at the end of this text in French (only the passages that I am quoting in my answers were translated) and this text in its original French version is available on Mediapart.

Dear Jean Nouvel,

First of all, thank you for taking the time to answer us, which attests that you took the message we sent you seriously. The content of your letter, however, reveals a number of misunderstandings, and it seems important, therefore, to begin this answer with a short clarification.

We are three people to have written this open letter. Although one of us is from Algiers, the three of us live in France and the only useful and legitimate reaction to a project that we disapprove consisted for us in writing to you. Had we addressed our reproaches to the Wilaya of Algiers, you could have rightly blamed us for the same interventionism we denounced in our letter. As for Valérie Pécresse [the President of the Ile-de-France region], I think that our point is clear: we have nothing to say to her ,and we fight every day against the policies she and the elected members of the party to which she belongs [the French Republican Party] have developed internationally and nationally, and continue to develop at the regional and municipal levels. Of the three signatories of the convention for the so-called “revitalization” of the Casbah, you were thus for us the only interlocutor that we wanted to contact.

Your letter tells us at length what you believe is the quality of your work; we let everyone free to judge it and we have not at any time taken part in the many debates which are wondering whether your architectural firm has the appropriate skills for such a project or not. This is not the question in our opinion. And although almost all of your answer is dedicated to this question; a shocking sentence, however, burst in and reveals that this is not just a misunderstanding. Indeed, you write towards the end of your letter “Half a century later, no one is responsible for the crimes and errors of the generations of that time.”

Here probably lies the whole problem as well as the absolute necessity I feel to write to you again. I remind you first that many people who participated in the “errors” (sic) that you mention are still alive. Yourself are only a few years short to share the age of the youngest police officers in Paris who massacred nearly 300 peaceful Algerian demonstrators on October 17, 1961. It is true that the responsibilities to be imputed are less individual than collective. France (of which we are both a part, whether we like it or not) has never apologize to the Algerian people for forgiveness for 132 years of murder, looting, destruction, torture and humiliation. The “crime against humanity” constituted by colonialism (which was denounced a short time ago by a presidential candidate who, since then, has become President and is less vocal on this subject) has no prescription and every French (even more so white French) shares some responsibility for this crime as long as it is not recognized, regretted and repaired. It is not up to us to say that the page is turned and that “the time is for mutual respect and friendship” as you write.

This brings me to architecture since your answer focuses mainly on this aspect and, being an architect myself, I think I can answer you. You talk about friendship, but when friendship is healthy, it is characterized by a position of equality. You speak of a gift [architecture as a gift], but a gift is generous only when those to whom it is intended are able to refuse it. The relationship between an architect and those who will be subjects of architecture is not a relation of equality; it’s a power relationship. Of course, this does not mean that architects can only be malevolent with regard to the people whom the lines they trace will organize in space when those become walls.  It rather means that architects must consider whether the position that they occupy within this power relationship is legitimate or not. In the case of the Casbah, the power relationship that the Wilaya of Algiers, Valérie Pécresse and yourself propose to exercise towards a neighborhood that has already experienced so many times the expense of such an equation can only be harmful to its inhabitants.

Unfortunately, there is no Hippocratic oath for architects, which would prevent anyone from designing a project that would be harmful to the inhabitants of a given site — many architecture offices would have to close shop! So I can only appeal to your conscience to ask you again not to be complicit in what you call “patronage” — note how you could not stop yourself from using quotation marks — by the Ile-de-France region. Please leave the Casbah to those who are still waiting for the physical and symbolic marks that colonialism has left on their bodies and their cities to be recognized so that they can finally fade away; those who are what the Casbah has made of them; those who live it not as a heritage of a distant UNESCO, but as a place of life, a place of memory and an urban symbol of the struggle against colonialism. These people have among them all the skills, all the knowledge and all the legitimacy to respond to the difficulties that the Casbah is going through.

I thank you again for your time.

Léopold Lambert


Jean Nouvel’s response to our open letter (received on January 11, 2018):

A la lecture de cet appel et des tweets qui l’ont accompagné, j’ai compris que l’immense majorité des signataires ne me connaissent pas, m’imaginent comme un autre, tant les suspicions sont nombreuses : colonialiste ? Affairiste ? Gentrificateur ? Incompétent ? Prédateur ? Étranger ? Profiteur ? Amnésique ?

Je me permets donc de vous exprimer qui je suis. Ce n’est pas un autoportrait. Simplement, c’est un curriculum vitae sommaire et orienté sur la situation présente.

J’ai toujours été un homme de convictions et d’engagements. Fils d’enseignants laïques, ils m’ont inculqué le sens de la droiture et de la tolérance. Ils m’ont appris aussi à exprimer sans honte mes pensées, à ne pas rester silencieux face à l’humiliation.

Dans les années 1960, admis à l’Ecole des Beaux-Arts en section architecture, j’ai été choqué par l’idéologie dominante qui marquait tous les projets : le style international, le même style pour tous les pays, pour toutes les villes, pour tous les climats, toutes les cultures… J’ai été aussi sidéré par le fait que tous les projets se développaient sans localisations, sans terrains, sans contextes… Aujourd’hui, cette idéologie a triomphé, mais je continue à la combattre. Je suis un engagé. Cet engagement est total depuis 50 ans. Tout site, tout programme, tout client a droit à une architecture spécifique. Cela s’appelle le droit à l’architecture, le droit à une pensée, à une stratégie étudiée à un moment précis pour un lieu précis. Parce que l’Histoire et la Géographie ne peuvent être oubliées.

Les engagements qui en découlent : d’abord le choix de Claude Parent et Paul Virilio comme professeurs loin des Beaux-Arts. Puis la création du mouvement Mars 76 avec des architectes de ma génération pour critiquer l’urbanisme officiel français qui appliquait la même recette pour toutes les villes françaises. Le même plan urbain basé sur un zoning brutal et sommaire caractérisé par les zones pavillonnaires, les zones d’habitations, les zones commerciales, les zones industrielles… l’ensemble complété par des gabarits et des densités obligatoires ! Après, mon engagement suivant, fut la création du syndicat de l’Architecture contre le corporatisme des architectes pour expliquer que la meilleure façon de défendre les architectes, c’était de défendre l’architecture, le droit à l’architecture. Si les architectes ne font plus d’architecture, leur rôle sociétal est annulé. La différenciation architecture et construction est cruciale. La frontière entre aménagement du territoire et urbanisme-architecture est à établir objectivement. L’aménagement du territoire est une donnée politique et stratégique qui s’impose à tous. L’urbanisme doit être considéré comme de l’architecture à grande échelle. L’organisation de l’espace et le choix des sites constructibles sont des actes architecturaux. Or, l’architecture est un art. Si les choix et les options sont catastrophiques – ce qui est souvent le cas – l’architecture ne peut plus exister. Si l’architecte, les architectes n’ont plus de vision et n’ont plus de pouvoir, c’est dramatique. Pas pour les architectes, ils se reconvertiront. C’est dramatique pour tous les habitants et habitantes, du plus jeune au plus vieux et évidemment pour l’équilibre et le plaisir de vivre tous ensemble. Le rôle de l’architecte est de défendre l’habitant. Or l’architecte n’a plus de pouvoir, ne peut plus exercer une légitime autorité pour le bien commun. Pour ces raisons ce syndicat de l’architecture fut créé. Pour ces raisons aussi mes engagements furent nombreux. Sur la mutation du centre de Paris, du Marais, des Halles, sur les polémiques publiques sur l’évolution parisienne, sur le développement de Seine Rive Gauche, puis sur le Grand Paris où les architectes avaient obtenu l’organisation d’une consultation internationale de dix équipes en 2008 pour, au-delà des schémas directeurs existants, imaginer les nouvelles stratégies de développement métropolitain. Sur tous ces sujets, des alternatives ont fait l’objet d’études urbaines. J’ai pour ma part participé et formalisé des projets sur l’ensemble d’entre eux. Ces études en ont amené d’autres à l’échelle internationale. En Espagne à Valencia, puis à la Corogne, à Barcelone, puis en Allemagne à Berlin, puis en Italie à Colle Val d’Elsa, cité historique entre Sienne et Florence, puis à Pérouse pour l’implantation du Mini-métro, puis en Suède sur les îles du centre historique de Stockholm, enfin en Chine pour l’étude d’un quartier de Shenzhen pour la création pour Tencent d’une ville de plusieurs centaines de milliers d’habitants. Autant d’exemples d’engagements sur des études lourdes et longues, invitations généralement liées à mes références et ma capacité à répondre à la question de l’intégration de programmes importants en milieu urbain historique et protégé. En relation directe avec les administrations des monuments historiques à Paris, à Lyon, à Lucerne, à Madrid, à Barcelone, à Tokyo, à Vienne, à Londres et à Manhattan.

Il est donc pour moi étonnant de lire que tant de professionnels de la profession (comme le disait si bien Jean- Luc Godard) soient contrariés du choix d’un architecte comme moi pour réfléchir sur une thématique de même ordre pour la ville d’Alger.

Mes engagements urbains ne sont pas les seuls. La question du logement social aujourd’hui cloné et étriqué est pour moi une longue bataille. La politique de Réalisation Expérimentale (Rex) sous François Mitterrand m’a permis de réaliser des logements sociaux avec 30 à 50 % de plus de surface habitable pour le même prix à Nîmes, mais aussi à Saint-Ouen et à Bezons en banlieue parisienne, démonstrations très mal vues par les bailleurs sociaux de l’époque. 15 ans après pour le centième anniversaire de la cité ouvrière de Mulhouse, j’ai été invité à étudier des habitations individuelles sociales et expérimentales, expérience que j’ai proposée de partager et de construire avec mes confrères Lacaton & Vassal, Duncan Lewis, Matthieu Poitevin et Shigeru Ban. En 2010 la bataille a continué à Bordeaux avec Mia Hagg, puis aujourd’hui à Nice et Marseille. Marseille qui fut aussi pour moi l’objet d’un engagement majeur pour pérenniser la Friche de la Belle de Mai, véritable quartier urbain culturel où des producteurs de multiples disciplines invitent des artistes de tous horizons (souvent méditerranéens), Friche que j’ai eu l’honneur de présider pendant 7 ans. L’architecte et l’architecture doivent être liés à un savoir transculturel, trans-artistique, malheureusement sous-estimé aujourd’hui dans la plupart des écoles internationales. Cette intime conviction m’a conduit à être l’architecte de la Biennale d’art de Paris pendant 15 ans dans les années 80, puis à créer la Biennale d’architecture, puis à être commissaire du Pavillon français à la Biennale de Venise (2000) sur le thème « Moins d’esthétique, plus d’éthique » pour demander l’engagement des architectes sur les scandaleuses conditions de logement dans le monde. Puis architecte du musée des civilisations du Quai Branly (2005) pour concevoir mon projet avec des artistes de ces civilisations vivantes (artistes Aborigènes), et j’ai déjà aussi rendu hommage à la culture arabe dans de nombreux projets, depuis la réalisation de l’Institut du Monde Arabe à Paris jusqu’à celles du Louvre Abu Dhabi et du Musée National du Qatar. Aujourd’hui mon implication est de formuler des propositions pour le Grand Paris et pour une politique d’élaboration des territoires français.

Je pense que la proposition de la Région Île-de-France de « mécéner » des études urbaines pour Alger et sa Casbah va dans le sens de l’Histoire. Attitude déjà initiée par l’accord d’amitié et de coopération signé en 2003 entre la Ville de Paris et la Wilaya pour la sauvegarde et l’étude du Jardin d’Essai du Hamma. L’heure est au respect mutuel et à l’amitié. Un demi-siècle après, personne n’est responsable des crimes et des erreurs des générations d’alors. J’ai toujours considéré que l’architecture doit être un don, un cadeau, un acte d’amour pour un lieu et ceux qui le vivent.

Je vais essayer, avec tous ceux qui s’impliquent avec moi dans cette étude qui débutera mi-janvier (la Wilaya d’Alger, la Région Île-de-France, l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’ Île-de-France, l’Agence Nationale algérienne des Secteurs sauvegardés, l’Agence Nationale algérienne de Gestion des Téalisations des Grands Projets de la Culture, l’Association des Amis d’Alger “Sauvons la Casbah”, des architectes et urbanistes algériens…), de formuler une contribution qui pourrait se développer et évoluer à l’échelle du territoire et du temps urbain et… toutes les bonnes idées sont et seront les bienvenues.

Jean Nouvel Janvier 2019